Ángela Ruiz Robles, la créatrice méconnue du livre électronique !

Dernière mise à jour: 22.09.19

 

Les liseuses font partie de ces belles inventions qui ont changé la vie des consommateurs. Nul besoin d’être un féru de lecture pour apprécier ces appareils. Même les amateurs de technologie y trouvent leur compte, tant le dispositif offre des possibilités multiples. Nous devons donc beaucoup à son inventeur.

Selon l’histoire, l’idée est née en juillet 1971 avec le projet Gutenberg de Michael Stern Hart. Entre 1992 et 1993, deux thésards italiens, I. Rigamonti et F. Crugnola, étudiant à l’Université Polytechnique de Milan, se manifestent avec leur premier lecteur d’eBooks. À l’époque, l’appareil ne pouvait lire que des textes. L’idée s’est ensuite développée, et la France a connu sa première liseuse en 1998, laquelle est baptisée Cybook. L’histoire de ces dispositifs électroniques est riche, passionnante et évolutive. Mais, elle est aussi injuste. Si Michael Hart s’est attribué tout le mérite, Ángela Ruiz Robles aurait été le vrai inventeur du livre électronique.

 

 

Qui est Ángela Ruiz Robles ?

Née le 28 mars 1895 en Espagne, plus précisément dans la ville de Villamanin, Ángela Ruiz Robles est une enseignante, écrivaine, et inventrice espagnole. Cette femme exceptionnelle a grandi au sein d’une famille aisée. Son père Feliciano Ruiz était pharmacien et sa mère Elena Robles était femme au foyer.

Ángela effectuait ses études supérieures à l’École d’éducation de Léon où elle enseignait des années plus tard. Elle y donnait en effet des cours de comptabilité commerciale, de dactylographie et de sténographie. Réputée pour son esprit créatif et ingénieux, elle devient au fil des années une enseignante de grande valeur. Femme respectée, Robles faisait cours dans plusieurs écoles, et elle occupait même le poste de directrice dans certaines d’entre elles. Elle a bâti sa propre académie.

Mais Ángela Ruiz Robles n’est pas qu’une brillante pédagogue. Elle est aussi une écrivaine et a écrit à ce jour 16 livres concernant l’orthographe, la grammaire et la sténographie. Elle a tenu de nombreuses conférences sur ces sujets.

Rêvant d’une grande invention, l’instructrice bourrée de talents ne manquait pas l’occasion de développer ses idées au cours de sa carrière. Robles avait remarqué l’inconfort de ses étudiants qui étaient obligés d’apporter toutes sortes de livres pour les différents cours. Alors, pour minimiser le poids de leurs livres, l’éducatrice imaginait donc un dispositif pouvant simplifier la lecture.

 

1949 : l’encyclopédie mécanique fait son apparition !

Ángela Ruiz Robles fait partie de ces génies que l’histoire a omis de raconter. Afin d’alléger les cartables de ses élèves, cette femme très intelligente avait élaboré une méthode de lecture mécanique et électrique, qui fonctionnait par pression d’air. Le 7 décembre 1949, sa première invention recevait un brevet sous le numéro 190698. Mais l’idée de cette enseignante ne semblait pas intéresser ni la communauté scientifique ni les entreprises qui pouvaient la commercialiser.

Robles a en effet créé une série de textes et d’illustrations sur des bobines, décrivant de multiples sujets. Sa création, connue sous le nom de « encyclopédie mécanique » montrait les bases de la liseuse d’aujourd’hui. Son objectif principal était de réunir différents livres dans un seul et même dispositif, le tout pour un poids minimal.

L’encyclopédie mécanique est une sorte de boîte en métal de couleur vert pastel qui possédait plusieurs bobines. Une fois ouvert, l’objet se compose de deux parties. Sur la gauche, l’élève pouvait voir une série d’alphabets automatiques. Le livre électronique intégrait plusieurs langues et un bouton permettait de créer des mots, des phrases et toutes sortes d’écrits. Sur cette même partie, le dispositif renfermait des dessins, et figures de tout genre. Le livre présentait aussi une section dans laquelle il était possible de dessiner, d’écrire et d’éditer.

Le livre électronique contient également une petite boîte où les sujets peuvent être stockés. Ces derniers sont placés dans la partie droite. Les textes peuvent être agrandis et les livres sont éclairés pour une meilleure lisibilité la nuit.

 

 

Hommage à la femme inventrice !

L’encyclopédie mécanique de Robles avait comme objectif de simplifier l’enseignement. Elle voulait mettre à disposition de ses étudiants un appareil leur permettant d’avoir le maximum de connaissances avec le moins d’effort possible.

Mais l’invention de Robles ne recevait aucun intérêt des sociétés qui pouvaient la financer à l’époque. Son encyclopédie mécanique n’a donc jamais été mise en production. Mais, un prototype est gardé et exposé au Musée national des sciences et de la technologie La Coruña, à Galice.

Ángela Ruiz Robles est décédée le 27 octobre 1895 à Ferrol. Quatre décennies après sa mort, l’Espagne lui rend hommage. La pédagogue possède aujourd’hui une rue à Madrid qui porte son nom. Approuvé par le conseil municipal de la ville, ceci a été effectué pour honorer les travaux ingénieux de Robles, mais surtout pour sa contribution à l’éducation et l’enseignement. Si Michael Stern Hart avait avancé un projet beaucoup plus engageant, Ángela Ruiz Robles demeure toutefois le vrai initiateur de la liseuse.

 

Voici nos meilleurs exemples.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5.00 de 5)
Loading...