Appareils intelligents et internet des objets

Dernière mise à jour: 03.08.21

 

Les multiples activités humaines évoluent au fil des époques, et doivent suivre la tendance du moment pour respecter le délai prévu pour chaque tâche à exécuter. Afin de rester dans les temps, les objets sont alors mis à contribution dans cet objectif. L’ère de l’ido et des appareils intelligents sonne.

 

Définition de l’internet des objets

Chaque individu des temps modernes a vu, lu ou entendu au moins une fois dans sa vie, une histoire racontant un monde où les objets seraient animés. Dotés d’une certaine intelligence, ils pouvaient alors exécuter les tâches de manière autonome, au moment opportun. Actuellement, sans continuer à penser science-fiction, cette réalité existe.

En effet, internet aujourd’hui ne sert plus strictement qu’à produire, envoyer ou rechercher des informations sur la toile. Cette technologie permet désormais d’effectuer des travaux autrefois inimaginables, car censés ne pouvoir être exécutés que par la façon manuelle. Toutefois, la création des machines et divers équipements utiles a prouvé que des outils de forte capacité pouvaient réaliser de grands projets, sans que l’homme ne s’y investisse totalement de façon physique. L’intelligence humaine ne cessant de creuser les possibilités, une nouvelle étape a été franchie actuellement, avec l’exploitation désormais vulgarisée de ce que l’on appelle l’internet des objets ou ido.

En termes profanes, ce concept se traduit par l’ensemble des installations matérielles et des ressources technologiques mises en œuvre, pour permettre à des accessoires d’effectuer une ou plusieurs tâches précises. L’utilisation d’un réseau internet constitue la condition sine qua non pour que ce concept fonctionne, et pour justifier leur appellation d’objets connectés. De cette manière, ces derniers peuvent alors être dirigés de loin, à partir d’un terminal de communication, qui se matérialise simplement par un ordinateur, une tablette ou même un smartphone.

Dans un contexte plus ciblé, l’ido regroupe les divers instruments, appareils et outils physiques qui disposent d’un certificat d’authenticité numérique. Il s’agit généralement de tout objet que vous utilisez dans la vie de tous les jours, et qui peut cependant se connecter à Internet par l’intermédiaire d’un protocole d’identification ou IP, grâce auquel vous pouvez les commander. 

Ces éléments regroupent les appareils entre autres les équipements électroménagers comme la télévision ou le réfrigérateur. Ils peuvent concerner également des systèmes plus complexes comme les caméras de vidéosurveillance ou l’ouverture automatique des volets. Ils peuvent enfin se représenter par du matériel de haute technologie comme la centrale de commande d’un satellite pour le suivi de la météo, ou le pilotage d’un drone de reconnaissance.

Dans tous les cas, la possibilité est aujourd’hui donnée à un objet d’effectuer une tâche de manière autonome, et de modifier cette exécution en fonction de nombreux critères programmés. Cette capacité constitue également une des caractéristiques spécifiques de l’iot ou internet of things.

Internet des objets : mode de fonctionnement

Avant de pouvoir profiter des objets connectés, il faut comprendre l’objectif principal du concept. Vous n’avez pas forcément besoin d’être un ingénieur en informatique pour connaître tous les détails du fonctionnement internet. Il faut juste se souvenir que la transmission d’informations requiert un protocole d’authentification attribué, pour qu’une donnée se déplace d’un point de départ précis, vers une destination également spécifique.

Dans cet ordre d’idée, l’iot se réfère alors à chaque objet susceptible d’être commandé à distance, grâce à une adresse IP qui constitue sa carte de reconnaissance. L’instruction que vous envoyez depuis votre smartphone va alors chercher et se diriger vers ce numéro d’identification numérique précis, afin que la tâche à effectuer s’exécute de manière normale. Vous ne risquez ainsi pas de mettre en marche votre aspirateur robot, sachant que la commande concernait la fermeture de vos volets roulants.

À partir de cette base, vous pouvez donc vous expliquer le système de transmission des données pour piloter votre appareil intelligent. En initiant une instruction depuis votre smartphone, celle-ci circule jusqu’à sa destination, à savoir l’objet connecté. Le canal de communication utilisé dépend à ce moment de l’environnement où évolue l’accessoire. Les modèles les plus classiques se servent par exemple des fréquences radio lancées à partir d’un émetteur pour arriver vers une puce RFID (Radio Frequency Identification). C’est le cas notamment de la télécommande pour allumer votre poste téléviseur, sélectionner les chaînes, monter ou baisser le son. 

Un autre moyen se caractérise par le Bluetooth, un mode de communication sans fil, mais toujours par onde radio entre deux appareils électroniques compatibles. Il s’agit par exemple d’un lecteur multimédia que vous pouvez appairer à un casque, et grâce auquel vous pouvez écouter de la musique sans vous embarrasser de la présence de câbles de raccordement. Enfin, la dernière technologie qui justifie aussi l’appellation internet des objets se caractérise par le réseau Internet lui-même. Avec le Wifi, il est désormais possible de commander vos appareils, sans que la contrainte de distance ne se pose en obstacle. Avec un système de sécurité high-tech, vous pouvez par exemple vérifier qui sonne à la porte de votre appartement à Paris XIII, alors que vous êtes en pause-café durant un séminaire en Suisse.

 

Contexte d’évolution de l’ido

Les objets connectés sont appelés à devenir des outils du quotidien, dans de nombreux domaines de la vie de tous les jours. Lorsque vous comprenez comment fonctionne internet, il vous sera plus facile de suivre le développement des appareils intelligents par leurs technicités et leurs spécifications. Mais l’essentiel dont il faut se souvenir figure dans le fait que ces équipements de haute technologie génèrent un volume de données impressionnant. Et pour cause, puisqu’un seul outil est capable de recevoir et envoyer en une journée plusieurs instructions, dont chacune se traduit en une série d’informations chiffrées, qui peuvent à la fois être sécurisées ou libres. 

Il vous suffit de transposer cette situation à chacun de vos objets connectés existant dans votre maison, et de l’extrapoler à l’échelle du quartier, de la ville, du pays ou même d’un continent entier. Pour cette raison, le traitement et le stockage de toutes ces informations entrent dans ce que les entités concernées appellent le big data.

L’évolution de ce contexte se divise en de nombreuses parties, dont essentiellement celle relative à la traçabilité, et celle qui s’occupe plutôt des opérations de veille. Dans le premier cas, le réseau iot est surtout utilisé pour assurer une provenance. Il sert surtout dans le suivi de la circulation des biens, notamment en ce qui concerne la gestion des stocks et le transport par exemple. Mais à l’opposé, l’ido constitue également un recours de choix dans un objectif de prévention et de sécurité pour l’avenir. Il intervient ainsi dans presque tous les domaines relatifs au quotidien, en se matérialisant par des capteurs de surveillance susceptibles d’améliorer le bien-être existant, ou d’en apporter là où il n’y en a pas encore.

Utilisation des appareils intelligents

Comme la finalité recherchée dans toute phase d’évolution, le confort constitue le premier objectif de l’existence des équipements connectés. L’internet des objets a ainsi permis de faciliter la vie en général, à commencer par le plan individuel. Il dispose d’outils qui vous aident à gagner du temps dans des procédures basiques, comme le simple fait d’activer un adaptateur Bluetooth TV en lançant juste une commande à partir d’un smartphone. 

Cette solution vous évite les minutes gaspillées à rechercher un modèle de câble spécifique, et l’opération de raccordement entre les appareils, sans compter l’esthétique qui fait souvent désordre. En ce qui concerne la partie domestique, les objets connectés sans fil contribuent sans conteste à l’amélioration de la vie quotidienne. La possibilité de programmer l’aspirateur robot à l’heure où vous n’êtes pas chez vous, pour retrouver un intérieur propre, ne pas subir le bruit, ou simplement pour ne pas se fatiguer avec un modèle manuel, constitue une illustration claire du concept.

Dans le domaine professionnel, l’ido matérialise un élément désormais stratégique dans de nombreux secteurs d’activités. Ils permettent par exemple de gérer le système d’éclairage dans une entreprise, de manière à ce que les lumières ne s’allument qu’en cas de présence, et s’éteignent dès que vous sortez de la pièce. Les oublis d’extinction vous épargnent ainsi une somme conséquente en matière de facture d’électricité, pour le cas où vous êtes du genre à ne pas penser à éteindre en quittant le bureau, et donc à laisser la lampe allumée toute la nuit.

En outre, le domaine de la santé s’appuie désormais aussi sur le concept de l’iot. Celui-ci propose des solutions offrant des résultats de meilleure qualité, tels que les machines d’imagerie ou les moniteurs intelligents qui permettent de mieux suivre l’évolution d’une pathologie par exemple. La vulgarisation des montres et bracelets connectés munis de capteurs spécifiques aide d’ailleurs à prévoir les risques, et à fournir un meilleur temps de réactivité en cas d’urgence.

Contraintes liées à l’ido

Si les résultats sont probants, la mise en application de ce concept requiert toutefois quelques conditions inévitables. Le fait de comprendre internet, du moins les bases de fonctionnement et la méthode d’utilisation, constitue le premier point. Ensuite, tous les objets intervenant dans ce principe nécessitent forcément un budget conséquent, aussi bien à l’acquisition que dans l’exploitation.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES