L’expérience des interactions en réalité virtuelle

Dernière mise à jour: 02.06.20

 

Technologie actuellement en vogue et de plus en plus utilisée dans de nombreuses activités, la réalité virtuelle a considérablement changé la conception de la vie. Cependant, si certaines parties de cet environnement procurent une expérience quasi similaire à celle du monde réel, d’autres nécessitent encore de nombreuses améliorations pour convaincre.

 

L’expérience réussie

La réalité virtuelle, ou VR, de l’anglais Virtual Reality, constitue de nos jours un aspect de la vie que de nombreuses personnes ont adopté. Du joueur amateur ou professionnel au concepteur industriel, en passant par les chercheurs ou étudiant du domaine médical, cette technologie figure aujourd’hui parmi les plus évoluées et les plus intéressantes du moment. Cependant, même s’il est évident que de nombreuses facettes de cette technologie sont encore loin d’être totalement abouties, les utilisateurs restent unanimes quant à l’efficacité des interactions aujourd’hui maîtrisées, en ce qui concerne cette science.

Pour rappel, la réalité virtuelle consiste à plonger le sujet dans un environnement totalement factice, créé de manière numérique, et qui n’a rien à voir avec le monde réel dans lequel il se trouve. Pour permettre cette immersion, le principe consiste à tromper le cerveau, de manière à ce qu’il n’ait plus aucune référence réelle avec l’existant, mais se recentre totalement sur le monde dans lequel il se retrouve plongé.

La vue constitue le premier élément à traiter pour ce faire. Dans le monde réel, vos yeux transmettent au cerveau les informations sur les personnes, objets, paysages et autres éléments que vous voyez. Ce dernier les interprète alors de manière à vous permettre de réagir en fonction de ce qui se produit. Ce principe est repris dans la réalité virtuelle. Seulement, pour éviter les interférences, vos yeux doivent totalement être isolés du monde réel, et ne voir que ce qui existe dans le monde virtuel dans lequel vous vous plongez.

Le casque VR intervient en ce sens. Il vous empêche dans un premier temps de ne plus voir le monde qui vous entoure, et donc de couper toute transmission informative au cerveau. Par la suite, il diffuse des images de synthèse créées de manière numérique, que vos yeux vont voir et envoyer à votre cerveau, qui va alors considérer ce nouveau monde comme un univers réel. Il s’adaptera alors aux diverses situations, de manière à vous mener à réagir de manière naturelle à tout ce que vous voyez.

De la même manière, l’ouïe a également été traitée de manière à améliorer l’expérience des interactions en réalité virtuelle. Vous pouvez par exemple vous immerger dans le monde fictif de la lune et découvrir le plaisir de l’explorer, jusqu’à ce que le retentissement de votre sonnerie de portable vous ramène sur terre. Pour éviter ce sentiment désagréable de la frustration, les concepteurs de réalité virtuelle ont réussi à mettre au point le système adapté pour une immersion totale. Le casque VR intègre aujourd’hui un moyen permettant à l’oreille interne de recevoir le bruitage et les sons correspondant au monde dans lequel vous effectuez votre immersion, tout en vous coupant de bruits réels. Vous pouvez ainsi expérimenter l’immersion dans une phase de jeu par exemple, voir et entendre les faits sur un champ de bataille, alors que vous être en réalité installé confortablement sur un fauteuil de votre salon.

 

L’expérience en développement

À ce stade de la technologie, à savoir dans l’art de tromper le cerveau en matière de vue et d’ouïe, les utilisateurs considèrent l’expérience interactive comme réussie. Mais les recherches n’ont pas encore totalement abouti dans d’autres domaines, car une immersion dans la réalité virtuelle ne peut pas se contenter de deux sens. Les spécialistes sont aujourd’hui toujours en train de cogiter, pour trouver le système idéal pour une autre catégorie d’interaction importante pour améliorer l’expérience utilisateur dans la réalité virtuelle. Il s’agit notamment du toucher, un autre sens qui vous permet de stimuler votre cerveau et d’interagir en fonction des sensations. 

Dans le monde réel, vous pouvez ressentir au toucher la dureté du bois, la douceur du velours, profiter des douces sensations d’une caresse ou au contraire, souffrir la douleur d’un coup. La reproduction de ces différentes sensations reste aujourd’hui en phase de recherche pour une application dans la réalité virtuelle. Des avancées ont été constatées, mais les résultats restent encore mitigés, notamment avec l’obligation de tenir et de manipuler des accessoires comme les joysticks ou autres manettes de commandes.

Ces derniers, bien que réellement tenus dans votre main, ne sont effectivement pas représentés dans le monde virtuel. Cette situation oblige ainsi le cerveau à rester connecté au monde réel, pour effectuer les opérations utiles, comme presser sur un bouton pour exécuter une action. Pour limiter ce contexte contradictoire, de nombreux accessoires ont été créés aujourd’hui pour améliorer les retours haptiques selon les contextes de votre séance d’immersion. Gants, vestes et autres éléments vous retransmettent aujourd’hui des sensations frisant le vrai, pour vous apporter une meilleure appréciation des interactions en réalité virtuelle.

L’expérience à creuser

Avec ce qui existe déjà et qui apporte aux utilisateurs des possibilités d’évolution importantes dans leurs domaines d’activités respectifs, certaines branches intéressantes de la réalité virtuelle restent pour le moment en suspens. Ce qui a déjà été conçu et maîtrisé peut en effet évoluer et subir des améliorations continues. Et pourtant, pour offrir une expérience totale et complète de l’immersion dans le monde virtuelle, ces éléments pourraient être considérés également. L’univers du jeu constitue le principal champ d’application de la réalité virtuelle, mais d’autres domaines peuvent également en profiter.

En trouvant un moyen de simuler l’odorat par exemple, il pourrait être intéressant dans le monde virtuel de pouvoir reconnaître l’odeur d’un poulet rôti, pour venir en complément de la vision virtuelle de cet objet, en plus de la sensation de chaleur qu’il retransmet lorsque vous vous en approchez. Pour compléter le tout, trouver un moyen pour stimuler le sens du goût s’avèrerait être le summum de l’expérience interactive en réalité virtuelle. Quoi qu’il en soit, la technologie continue d’avancer, et ces différentes finalités pourraient bientôt aboutir.

 

 

S'abonner
Notifier
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments