Le walkman et son empreinte sur l’histoire de la musique portable

Dernière mise à jour: 23.11.20

 

De nos jours, profiter de la musique partout, notamment lors des déplacements, est devenu une seconde nature. Différents types d’appareils ergonomiques et peu encombrants permettent de satisfaire ce besoin. Cette culture de l’écoute musicale durant les allées et venues subsiste depuis une trentaine d’années, avec l’arrivée en 1979 du walkman.

 

Walkman : les origines

Dans la seconde moitié du XXe siècle, écouter de la musique est devenu un loisir apprécié des jeunes de l’époque. Seulement, ce mode de détente se vivait normalement à la radio, ou lors des spectacles et concerts effectués par les artistes dans des salles ou des stades. Vers la fin des années 70, l’un des cofondateurs de la firme Sony voulait fabriquer un appareil pour lui permettre d’écouter de la musique, alors qu’il devait effectuer un long voyage en avion, pour tuer son ennui. L’histoire ne précise pas s’il a pu l’avoir à temps ou non. Par contre, l’année 1979, la célèbre marque nippone met sur le marché le premier walkman, identifié sous son nom de référence TPS-L2. Construit sur la base des vieux dictaphones utilisés par les journalistes d’alors, les ingénieurs de la marque ont juste apporté quelques modifications à l’appareil de base. En gros, ils ont retiré la fonction d’enregistrement, et intégré une fiche d’entrée pour insérer des écouteurs, qui retransmettront la musique aux oreilles des auditeurs.

Dans un premier temps, la réaction d’accueil a été plutôt froide, la plupart considérant que sans la fameuse fonction d’enregistrement, cet appareil se vouait à l’échec. Quelques années plus tôt, Sony a déjà essuyé un premier revers avec le fiasco de sa cassette à technologie Betamax, écrasée par le bien connu système VHS lancé par JVC. Obligée de se battre pour redorer son image, la firme a alors engagé un coup publicitaire hors du commun. Tous les employés de Sony ont été sollicités pour une stratégie de proximité. Chacun d’eux est descendu dans les rues pour interpeller les passants et leur faire connaître l’existence de cet appareil qui permet d’écouter de la musique partout : dans la rue, au travail, au lit, entre autres. Le succès ne s’est pas fait attendre, et il s’est même étendu rapidement dans le monde entier.

Les différentes évolutions

Fort de ce triomphe inespéré, Sony n’a pas attendu longtemps pour améliorer et apporter plus de performances à son produit. En guise d’exemple, de nombreuses configurations du walkman ont été mises sur le marché, afin de répondre au maximum de demandes possibles. Le retour de la fonction d’enregistrement a par exemple été remarqué sur certains modèles, d’autres produits peuvent également disposer de deux lecteurs de cassettes. D’autres encore ont été fabriqués en intégrant une paire de fiches d’entrée écouteurs, pour permettre aux gens de profiter de la musique à deux. Quelques années plus tard, au milieu de la décennie 80-90, le walkman a déjà commencé à évoluer vers le discman. En gros, le principe est le même, sauf que cette fois, la musique est contenue dans un disque compact, et non plus sur la bande magnétique de la vieille cassette audio.

Jusqu’à la fin des années 90 et dans le début des années 2000, l’évolution technologique a été telle que la musique ne nécessitait plus un support physique à part. Convertie au format mp3, la présence du CD, et encore moins de la cassette ne constituait plus une obligation. L’arrivée en puissance des lecteurs mp3 relègue ainsi le fameux baladeur au rang d’ancêtre. Par ailleurs, même si Sony détient les droits et représente le fondateur du concept, de nombreuses autres sociétés jouent désormais sur le marché pour proposer des produits ayant chacun leurs originalités. Pour plus de performances en termes de contenu, certaines marques proposent désormais le disque dur qui permet d’emmagasiner jusqu’à des milliers de chansons, dans un petit appareil qui tient dans la poche, et que vous pouvez écouter partout.

La tendance s’est encore améliorée dans les années 2000 à 2010, avec l’arrivée des différentes versions de iPod, le lecteur de la marque Apple. Selon les modèles, certains ont même commencé à pouvoir diffuser des vidéos. Mais dans la décennie 2010 à 2020, un film événement a remis le walkman d’origine au goût du jour. Sony en a profité pour reprendre les rênes en proposant la version Hi Res audio du baladeur. Le son est alors diffusé en haute résolution, pour de nouvelles sensations avec un bon lecteur CD portable. Aujourd’hui, l’évolution semble encore loin d’avoir achevé sa course. L’écoute musicale personnelle s’effectue maintenant avec des casques Bluetooth ou autres modèles sans fil. Dans un avenir certainement proche, la marque japonaise pense encore proposer des innovations supplémentaires. Pour l’heure, elle serait en train de se pencher sur un nouveau concept de baladeur casque sans boîtier. Celui-ci aurait la taille d’un tour de cou, et se constituerait juste de deux écouteurs reliés par un arceau, avec une batterie et une mémoire flash.

Les empreintes collatérales

Sans aucun doute, le walkman a laissé une trace indélébile dans le concept de l’écoute musicale. Il a révolutionné le principe, en permettant à chaque individu de profiter de sa musique préférée en tout temps et à tout endroit, sans avoir à attendre les diffusions radiophoniques ou les prochaines dates de tournée d’un groupe.

Mais au-delà de cette page tournée, il a également contribué à la montée en puissance de la cassette audio, au détriment du disque vinyle. En effet, celui-ci ne permettait déjà pas une utilisation mobile, et ne pouvait contenir qu’un maximum de 45 minutes de chansons. La cassette assure pourtant la possibilité d’être emportée, tout en offrant jusqu’au double de cette capacité musicale en termes de durée.

Une autre empreinte à relever, et qui perdure jusqu’à aujourd’hui, se situe au niveau d’un changement dans le comportement social appelé l’effet walkman. La plupart des gens prêtent désormais peu d’attention aux environs. L’appareil semble avoir rendu les gens plus individualistes, maintenant que chacun peut rester dans sa bulle, avec les écouteurs enfoncés dans les oreilles.

 

 

S'abonner
Notifier
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments